Slide
Slide
Slide
Slide

Moon Goose Colony, videostill, 2011 © Agnes Meyer-Brandis, VG-Bildkunst 2017
Exposition

Noyaux de nuages, oies lunaires et arbres vagabonds

Artiste / Intervenant

Manifestations

je 07. septembre - di 12. novembre 2017

"Noyaux de nuages, oies lunaires et arbres vagabonds" est la première grande exposition individuelle d’Agnes Meyer-Brandis en Suisse. Les œuvres de l’artiste allemande sont présentées dans le cadre d’une production conjointe entre la HeK et le Pour-cent culturel Migros.

Lorsqu’Agnes Meyer-Brandis analyse les noyaux des nuages en apesanteur dans le cadre d’un vol parabolique, Agnes Meyer-Brandis déploie un jeu complexe entre science et art. Sur les traces de phénomènes naturels peu étudiés, tels que la migration des arbres, elle explore l’espace situé entre la terre ferme et les sphères de l’imagination. Ses observations et ses séances d’entraînement d’oies lunaires mêlent à parts égales recherche et poésie.

L’intérêt d’Agnes Meyer-Brandis réside dans "l’exploration du monde et de ses réalités en utilisant des applications de réalité "fantastique" augmentée", comme l’écrit l’artiste. Dans ses installations et ses vidéos, elle nous confronte à un terrain jusqu’alors inconnu et à des phénomènes en apparence impossibles, qui bravent les lois connues de la physique et remettent en cause notre perception et nos connaissances. Son travail artistique, qui s’appuie sur des questionnements et des démarches scientifiques, tente de "rendre perceptibles des univers potentiels". Les supports analogiques et numériques deviennent ainsi des outils pour la mise en scène de ses espaces expérimentaux et réflexifs.

La réalisation tangible de ses expériences constitue un élément essentiel pour Agnes Meyer-Brandis. Rares sont les simulations numériques dans ses œuvres, qui reposent généralement sur des mises en pratique physiques – dans tous les sens du terme. La conception des équipements de recherche et des outils qui trouvent ensuite leur place dans ses installations et ses documents vidéo joue ainsi également un rôle central. L’artiste prend son sujet à bras le corps, caractérisant ainsi ses expériences par un grand sérieux scientifique. De nombreux spécialistes participent à l’élaboration de ses projets – géophysiciens, minéralogistes, biologistes et même spéléologues.

L’exposition sera constituée de plusieurs installations de grande ampleur, de vidéos et de références, d’esquisses et d’annotations relatives à la recherche multiforme d’Agnes Meyer-Brandis. Afin d’inscrire ses œuvres dans un cadre de référence supérieur, l’artiste a fondé "Forschungsfloss – Institut für Kunst und subjektive Wissenschaft", un institut consacré à l’art et à la science subjective, auquel sont rattachés ses travaux, classés en différentes sections. Avec son "scanner du noyau des nuages", elle a levé les yeux vers le ciel et étudié les aérosols en apesanteur. Invitée par l’agence spatiale allemande, elle a effectué plusieurs expériences lors d’un vol parabolique. Les vidéos réalisées à cette occasion seront diffusées lors de l’exposition.

À travers "Moon Goose Experiment", Agnes Meyer-Brandis lance un projet complexe et de grande ampleur, qu’elle prépare depuis 2008. L’œuvre s’inspire du récit fantastique du XVIIe siècle "The Man in the Moone" de Francis Godwin. L’auteur y raconte un voyage d’aventure vers la lune, à bord d’un véhicule tiré par des oies, et y décrit de façon saisissante les effets de l’apesanteur. La présentation de l’habitat des oies et les tentatives pour réaliser un vol lunaire avec ces animaux feront partie des projets exposés.

Les activités de recherche actuelles de l’artiste sont notamment consacrées au phénomène de la migration des arbres. Au cours des dernières années, Agnes Meyer-Brandis s’est rendue à plusieurs reprises à la station de recherche forestière SMEAR d’Hyytiälä en Finlande. Les premiers résultats de ses travaux sur le sujet seront également présentés à Bâle.

Exposition et heures d'ouverture:

Du jeudi 7 septembre au dimanche 12 novembre 2017
Ouverture du mercredi au dimanche, de 12h à 18h

Vernissage et conversation:

Mercredi 6 septembre 2017, 18h

En coproduction avec la HeK, Haus für elektronsiche Künste, Bâle. Commissaires d’exposition: Sabine Himmelsbach et Raphael Rogenmoser.

Également
Discussion

Blockchain: plus qu'une simple mode?

Une conversation autour des possibilités offertes par Blockchain dans l'industrie de la musique, à l'occasion du festival m4music.